Animaux

reference-d-image

 

Une fois retournés à l’état sauvage, les animaux exotiques tels que serpents, tortues, écrevisses, perruches ou écureuils peuvent proliférer et exercer des dommages sévères à l’environnement et la biodiversité : 

  • Compétition et exclusion des espèces indigènes ;

  • Transmission de parasites et de maladies pouvant affecter les espèces locales, les animaux domestiques et la santé humaine;

  • Prédation des espèces locales, souvent dépourvues de moyens de défense ;

  • Déséquilibre des chaînes alimentaires et altération des écosystèmes.

Certains d’entre eux peuvent aussi s’en prendre aux chats, aux chiens, aux poules et aux autres animaux domestiques vivant dans les jardins.  

Les populations d’animaux exotiques envahissants sont difficiles à maîtriser et leur gestion est souvent très laborieuse. 

 

Chacun peut toutefois agir pour prévenir ces différents dommages.

Pourquoi ne faut-il pas relâcher les animaux exotiques dans la nature? 

Après avoir été abandonnés dans la nature, les animaux de compagnie et autres animaux exotiques sont soumis à d’importants stress. Ils doivent faire face aux aléas climatiques et échapper aux prédateurs. Leur espérance de vie est souvent limitée à quelques jours seulement. Certains d’entre eux parviennent toutefois à se maintenir avant de se reproduire et de se disperser dans les milieux naturels.  Ils forment alors des populations sauvages, à l’origine de multiples nuisances. 

C’est pour toutes ces raisons que toute introduction d’animaux exotiques dans la nature est interdite par le législateur wallon depuis le 15 septembre 2022.

Alors que faire si vous ne pouvez plus prendre soin de votre  animal exotique ? Plutôt que de l’abandonner, explorez plutôt les pistes suivantes : 

  • Contactez l’animalerie dans laquelle vous avez acheté votre animal de compagnie pour savoir s’ils peuvent le reprendre ; 

  • Contactez des refuges et des sanctuaires pour animaux ; 

  • Consultez un vétérinaire.

reference-d-image
reference-d-image-1
reference-d-image

Pourquoi ne faut-il pas nourrir les animaux exotiques sauvages ? 

 Le fait de nourrir les animaux exotiques évoluant dans les parcs, les jardins et la nature renforce leurs populations de manière artificielle.  Les dommages produits par ces populations surabondantes sont alors décuplés, suscitent de nombreuses plaintes et nécessitent souvent de devoir réguler leurs populations.

La nourriture apportée par l’homme à ces animaux est souvent inappropriée et à l’origine de troubles digestifs. Elle peut déclencher le développement d’épidémies autour des points de nourrissage. Elle favorise également la prolifération de rats et d’autres espèces indésirables à proximité des maisons. Les animaux sauvages n’ont vraiment pas besoin d’être nourris !   

Pour éviter tous ces désagréments, ne nourrissons pas délibérément les animaux exotiques sauvages.  Nourrissons nos animaux domestiques dans des endroits fermés et spécialement aménagés à cet effet pour éviter que les aliments déposés à leur intention ne soient chapardés par les animaux sauvages. Veillons aussi à sécuriser les poubelles et les composts pour les rendre moins accessibles.

Le saviez-vous ?

La détention d’animaux exotiques par les particuliers est encadrée par différentes mesures réglementaires :

  • 47 animaux exotiques sont répertoriés parmi les espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union, à l’instar du serpent roi de Californie, de la tortue de Floride, du raton laveur ou du tamia de Sibérie.  Ces espèces ne peuvent plus être commercialisées ni détenues à l’exception des individus acquis avant l’entrée en vigueur de la législation européenne.
  • Suivant le Code du bien-être des animaux, seules les espèces de mammifères et de reptiles figurant sur des listes positives peuvent être proposées à la vente et détenues par des particuliers en région wallonne : voir ici la liste des mammifères et la liste des reptiles ;
  • Certaines espèces sont protégées par la réglementation CITES et ne peuvent être détenues car leurs populations sauvages sont menacées d'extinction ;
     
  • Enfin, la détention d'espèces exotiques dangereuses à l'instar de serpents ou des scorpions venimeux nécessite un permis d'environnement.

Avant d’acquérir un animal de compagnie, informez-vous sur ses besoins et son espérance de vie auprès d’un professionnel !